Castelviel : environnement naturel et patrimoine historique

{jkefel title=[L'environnement naturel] kefelui=[tabs]}

Castelviel est situé sur la ligne de partage des eaux pluviales entre le bassin de la Garonne et celui de la Dordogne, partage marqué par la route départementale qui traverse le bourg. Sa situation élevée relativement à la région (121 mètres au niveau de la balise radio de Cabaron) explique que la commune est la source de plusieurs cours d'eau : l'Engranne, la Misère, la Gironde.

— Castelviel — :: Natura2000 : hydrographie – 1 –

Le versant Ouest où l’Engranne prend sa source se trouve ainsi à l’extrémité du bassin de la Dordogne dont l’Engranne est un affluent.
Ce versant, tourné vers la Dordogne, est délimité au Sud par la petite route qui traverse le bois de Terre Blanque, il continue vers Gornac à l’Ouest. Cette caractéristique géographique est peut-être en relation avec les sites préhistoriques découverts à Castelviel dans les années 60.

Le versant Est, d’où la Misère prend sa source, alimente la Garonne, après avoir rejoint la Vignague à Saint-Félix de Foncaude, puis le riche réseau du Dropt, qui est un affluent de la Garonne.

— Castelviel — :: Natura2000 : hydrographie – 2 –

« Castelviel est le site des sources de l’Engranne, l’amont de la vallée. Le site est remarquable par un relief caractéristique, celui d’un fer à cheval, d’un croissant ou d’une demi-lune, orienté vers le Nord. Il est le support de l’implantation de deux villages en vis-à-vis : Gornac à l’ouest, et Castelviel à l’est. Le relief permet d’apprécier des vues étendues sur les paysages constitutifs de l’Entre-Deux-Mers : le paysage viticole des sommets calcaires et le paysage culturo-pastoral des vallées humides.
Le promontoire de l’Eglise offre une vue complète sur le paysage du bassin originel de l’Engranne.
Les points hauts de la commune permettent d’apprécier des vues dégagées vers les vignes et vers la vallée.
Les situations privilégiées dans le relief et le paysage sont des facteurs porteurs de développement du tourisme et de l’habitat secondaire.
»

Extrait de
« La connaissance et la valorisation de la vallée de l’Engranne »

{/jkefel}

{jkefel title=[Un peu d'histoire]}

{jkefel title=[Préhistoire] kefelui=[slides] single=[true]}

— Castelviel — :: Préhistoire (Magdlénien ancien)

Castelviel a été occupé dès la préhistoire comme en témoignent les découvertes réalisées au cours des années 60 à 80 :

Quelques traces d'activité au Paléolithique ancien et moyen (Moustérien), ainsi qu'au Néolithique.
Mais surtout des traces très nettes d'une activité au Paléolithique supérieur, plus précisément au Magdalénien ancien : sites du Moulin de Pourquey (découverte en 1967), et des Grégeons (vers 1983). A consulter à ce sujet : M. Sireix, L'Entre-Deux-Mers à la recherche de son identité, colloque du CLEM  nouvelle fenêtre , 1987 (publié en 1988).

En revanche, il subsiste peu de vestiges d'une occupation au cours de l'Antiquité gallo-romaine.

{/jkefel}

{jkefel title=[A partir du Moyen-Age] kefelui=[slides] single=[true]}

L'appellation de Castelviel est attestée sous le nom latin de « Castellum Vetus » (Vieux Château) dès le XIIe siècle, période au cours de laquelle est édifiée l'église Notre Dame. Par la suite, le village est mentionné le plus fréquemment sous la forme Castelvieil (avec 2 i), plus rarement Castelvielh, ou même Castel Vieil (en 2 mots) ou Castelbielh.

Le plus probable est que le village s'est constitué au Moyen-Age autour d'un ancien château (édifié au Xe s. ?).

La paroisse a ensuite partagé l'histoire de la vicomté de Benauge, avant d'être le siège des guerres franco-anglaises et de la Fronde (XVIIe s.) et de connaître la prospérité des XVIIIe et XIXe siècles.

La population de Castelviel a atteint son apogée dans le premier quart du XIXe s. Elle s'est ensuite progressivement réduite jusqu'à notre époque.

{/jkefelend}

{/jkefel}

{jkefel title=[Notre Dame de Castelviel] kefelui=[tabs]}

Léo Drouyn :: — « Portail de Castelvieil » —

Léo Drouyn disait de cet édifice qu'il comporte « le plus beau morceau de sculpture romane du département de la Gironde ».

L'église Notre-Dame a été classée Monument Historique par arrêté le 1er décembre 1908.

L'une des cloches de l'église se trouve être l'une des plus anciennes du département. Réalisée en 1556, elle est également classée.
On peut y lire l'inscription suivante : « IHS.m.LAN.MCLVI.IE.FV.FAT.POVR.NRE.DE.CASTELBIELH.H.G », "Par Jésus Christ Sauveur des Hommes et Marie, je fus faite l'an 1556 pour Notre Dame de Castelviel par H Grolent".

 

Frontispice du « Choix des types les plus remarquables de l'architecture au Moyen-Age dans le département de la Gironde »Léo Drouyn (1816-1896) : l'artiste et savant est venu au moins quatre fois dessiner l'église de Castelviel, en 1845, 1859, 1876 et 1881.

document PDF Document : Description de l'église accompagnant les dessins de Léo Drouyn par Léonce de Lamothe, 1846

Construction

De style roman saintongeais, l'église de Castelviel a été édifiée vers 1140. L'admirable portail qui fait sa réputation daterait, quant à lui, des années 1160. Le clocher pignon fut ajouté au cours du XVe ou XVIe siècle, probablement à la même époque que la remarquable charpente apparente inclinée en forme de bateau renversé (restaurée à la fin des années 1990). Egalement édifiée au cours de la Renaissance, la chapelle qui ouvrait sur le mur méridional a en revanche été supprimée lors d'un remaniement important en 1867.

Le portail

Il comporte cinq voussures richement sculptées représentant un zodiaque et les travaux des mois, des scènes de chasse et de la vie quotidienne, ainsi que le combat des vices et des vertus. Sur les côtés, les chapiteaux des deux portes feintes ne sont pas en reste.

{/jkefelend}

{jkefel title=[Pour en savoir plus]}

Ouvrages :

 Bernard MALEGARIE, Castelviel – monographie, Association des Amis de la Bastide de Sauveterre de Guyenne, 2008
Collectif, Léo Drouyn et l'Entre-Deux-Mers oriental, Les Éditions de l'Entre-Deux-Mers – CLEM / AHB, 2001
Collectif, L'Entre-Deux-Mers à la recherche de son identité, Association Historique des Pays de Branne – CLEM, 1988
Collectif, Gallia Préhistoire, t 27, fasc. 2, p. 282-283, 1984

Sites internet :

Voir le répertoire.

{/jkefelend}

© Mairie de Castelviel — 2012

e-33 créations internet

Mentions légales | Plan du site